Archives pour la catégorie DIVERS

Carnet rose : naissance des deux premières SEMOP

Investi depuis mon tout premier mandat électif à Bayeux dans le domaine de l’entrepreneuriat public local, j’ai été l’an passé à l’origine de la loi du 1er juillet 2014, permettant la création de sociétés d’économie mixte à opération unique (SEMOP). Un outil assez innovant que je suis particulièrement heureux d’avoir contribué à mettre à la disposition des élus locaux.

Et je suis ravi de pouvoir annoncer la naissance cette semaine des deux premières SEMOP : Doléa Eau et Doléa Assainissement, portées conjointement par la ville de Dôle et son député-maire Jean Marie Sermier et Suez.

Lire ici le faire-part ou plutôt le  communiqué de presse commun!

Share

Dotations de l’Etat aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche : l’ENSICAEN pénalisée

Le Ministère en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche a présenté ce lundi devant le CNESER les dotations annuelles de l’Etat aux universités et aux établissements placés sous sa responsabilité dont les écoles d’ingénieurs publiques . Connues de manière scandaleusement tardive (nous sommes fin avril !), ces dotations reposent largement sur un « jeu » inédit de vases communicants puisque l’Etat a prélevé 100 millions d’euro sur les fonds de roulement disponibles de certains établissements pour abonder ses dotations et verser d’une certaine manière aux universités des crédits provenant de leurs voisines. Chacun appréciera la méthode….

En Normandie, sur les universités et les deux écoles d’ingénieurs concernées, l’ENSICAEN est mise à contribution à hauteur de 557 000 euro. Ce alors que notre région et notamment l’actuelle Basse-Normandie connaît un déficit dans ce secteur de formation.

Il s’agit là d’une politique inacceptable qui relève autant de la cavalerie budgétaire que du hold up et qui, de manière inéquitable, pénalise les universités ou écoles qui, par une gestion rigoureuse, disposaient pour de futurs investissements ou autres projets d’une véritable capacité d’auto-financement.

C’est enfin une très mauvaise manière faite à l’autonomie et un acte de mépris à l’endroit de la communauté universitaire.

Share

Les dépenses sociales du Conseil général consacrées à Caen et à son agglomération atteignent désormais 112 millions d’euros.

Deux questions posées à Jean-Léonce Dupont par Tendance Ouest :

Que représente l’action sociale parmi vos compétences ?

« Elle représente plus de 50 % de l’ensemble du budget du département, soit 335,2 millions d’euros précisément. Le Conseil général gère aujourd’hui la plus grande partie des prestations sociales, et accompagne la population tout au long de sa vie et au travers des difficultés qu’elle peut rencontrer : enfant en difficulté, perte de dépendance, handicap… Il prend également en charge les bénéficiaires du Revenu de solidarité active (le RSA) qui sont en recherche d’emploi et en marge du système d’allocation chômage. »

Face à des demandes de plus en plus nombreuses dans l’agglomération de Caen, et pour être plus efficace, comment le Conseil général s’est-il réorganisé ?

« Nous avons créé l’Unité de solidarité départementale de l’agglomération.  Elle concerne les habitants de 14 communes situées autour de Caen, ce qui représente 26% des habitants du Calvados. Le Département leur consacre 112 millions d’euros, soit plus du tiers de sa dépense sociale. Trois points d’accueil (Nord à Hérouville, Centre place du Canada à Caen, et Sud, rue Jean le Hir à Caen), ainsi que 11 autres sur l’agglomération ont été créés, de sorte que chacun puisse facilement rencontrer des travailleurs sociaux : 135 agents  sont à leur service ».

Share

Tribune dans Ouest-France : « Réforme électorale, le rural piégé ».

Ouest-France en date de ce mardi 14 mai publie un point de vue sous ma signature, intitulé « Réforme électorale, le rural piégé ». J’ai voulu  montrer que les multiples modifications des règles ou simplement du calendrier des élections à venir visent pour l’actuel Gouvernement à se mettre à l’abri d’éventuelles défaites au prix d’un sacrifice inacceptable de la représentation des territoires ruraux.

Vous pouvez lire ci-dessous cette tribune : Continuer la lecture de Tribune dans Ouest-France : « Réforme électorale, le rural piégé ».

Share