Archives pour la catégorie ACTUALITE POLITIQUE

Remise des dictionnaires aux collègiens

Depuis 12 ans, tous les jeunes Calvadosiens entrant en 6ème des collèges publics et privés sous contrat, en SEGPA, dans les établissements des MFR ainsi qu’en Institut Médico-Educatif se voient remettre un dictionnaire français offert par le conseil général. Pour cette rentrée 2012/2013, cela concerne 9000 jeunes du département.

 Il s’agit du petit Larousse illustré noms communs/noms propres qui comporte
150 000 définitions, 28 000 noms propres, 5000 illustrations et 354 cartes. En fin d’ouvrage, un cahier regroupe 1250 grandes dates de l’histoire, des lettres, des arts, des sciences et techniques. Vient s’y ajouter un mini atlas.

Un cahier spécial Calvados

En introduction de cet ouvrage, sur 24 pages, le conseil général du Calvados s’adresse au collégien. Ce dernier y découvre les compétences de la collectivité, exprimées à partir de situations de sa vie quotidienne. Des rubriques l’invitent également à en savoir davantage sur les personnages célèbres nés dans le Calvados ou encore sur l’origine du nom de son collège.

Chaque collège est, en complément, doté d’un exemplaire destiné au centre de documentation et d’information.

Quant aux élèves étant, pour diverses raisons, obligés de suivre leur scolarité dans un département voisin, ils peuvent s’adresser à leur conseiller général qui leur remettra le dictionnaire prévu pour eux.

En  12 ans, dans un double souci d’égalité entre tous les collégiens et de solidarité envers les familles du Calvados, le conseil général a offert 101 000 exemplaires du dictionnaire. Cela représente un budget de  189 000 € pour cette rentrée 2012-2013. Ce dictionnaire est vendu entre 30 et 35 € dans les librairies. De quoi alléger un peu le budget de rentrée scolaire des familles.

Share

Renouvellement du bureau du sénat

Communiqué de presse : Ce mercredi 5 octobre 2011, Jean-Léonce DUPONT, Président du Conseil général du Calvados a été particulièrement heureux de la confiance renouvelée de ses collègues dans sa reconduction aux fonctions de Vice-Président du Sénat.

Elu sénateur du Calvados le 27 septembre 1998, Jean-Léonce DUPONT est devenu membre du bureau du Sénat en tant que secrétaire, d’octobre 2004 à novembre 2008, date à laquelle il a été élu pour la première fois Vice-Président du Sénat.

Il est par ailleurs membre du Groupe de l’Union Centriste et Républicaine du Sénat et Vice-président du Nouveau Centre depuis 2007.

Share

Réaction suite aux attentats perpétrés en Norvège

Président du Conseil général du Calvados et élu du canton de Bayeux, je tiens à m’associer à l’émotion et à l’indignation des Amis de la section norvégienne de Bayeux suite au double attentat d’Oslo et de l’île d’Utoya en Norvège. 

De très nombreuses familles ont été meurtries par cette tragédie. Je souhaite m’associer à leur douleur et leur témoigner ma plus profonde sympathie.

 Des liens d’amitié très forts ont été noués entre la Norvège et la ville de Bayeux où la section norvégienne est implantée depuis plus de trente ans.

 J’ai une pensée particulière pour Inguild, élève du Lycée Alain Chartier de Bayeux qui a échappé de justesse au massacre alors qu’elle était présente sur l’île d’Utoya.

 Jean-Léonce DUPONT

Président du Conseil général du Calvados

Share

Mobilisation pour Asia Bibi

Communiqué :

Au nom de l’ensemble des conseillers généraux, Jean-Léonce DUPONT a adressé aujourd’hui un courrier à Alain JUPPE, ministre des Affaires Etrangères et Européennes, afin que soit accentuée la mobilisation de la France en faveur d’Asia Bibi, pakistanaise de 40 ans, condamnée à mort par pendaison en novembre 2010 dans son pays.

Les conseillers généraux du Calvados se sont en effet émus du sort terrible de cette mère de quatre enfants, chrétienne, accusée de blasphème pour avoir bu de l’eau dans un puits qu’elle aurait ainsi souillé puis, jetée en prison pour avoir refusé de renier sa foi.

 « Cette affaire n’est pas le conflit d’une religion contre une autre, écrit le Président du conseil général. Elle illustre un drame, celui d’une loi qui bafoue les droits fondamentaux qui n’est pas digne de ce grand pays qui a pourtant ratifié le pacte international sur les droits civils et politiques en 2010. Un tel engagement international n’est pas compatible avec le maintien du délit de blasphème dans le corpus juridique pakistanais. »

Share