Inauguration des travaux de reconstruction du collège Jean Monnet de Ouistreham

Discours du président du Conseil général :

« Ce collège, Monsieur l’Inspecteur d’Académie, Monsieur le Maire Cher André, Mesdames et Messieurs les Elus, Monsieur le Principal, Mesdames et Messieurs… ce collège, construit en 1969, même s’il a déjà connu quelques modifications, avait fini par subir les outrages du temps. Devant les exigences de la modernité et des normes nouvelles, nous avons, fin 2005, sur la base d’un programme de travaux, décidé de nous engager dans une profonde et utile restructuration de ses bâtiments…

Il s’agit d’une opération d’envergure telle que nous en menons ailleurs dans le département. Déconstruire et reconstruire sur place un établissement scolaire n’est jamais une histoire simple… C’est même parfois une étrange aventure faite de chantiers nombreux, d’aléas météorologiques et de procédures…, de dizaines de réunions de coordination, de concertation, d’échanges en tout genre, de désignation, de présentation, de validation, d’attribution des marchés, de permis de démolir et de reconstruire.

Puis, après toutes ces procédures diverses et variées, c’est le temps du vrai chantier et des nombreuses phases opérationnelles pour en arriver jusqu’au jour de la réouverture… Vous l’aurez compris, ce n’est jamais simple !

Cette opération que je qualifierais de lourde, a débuté au printemps 2008 et s’est échelonnée sur 3 années.

La première étape a concerné la construction d’un nouveau bâtiment sur 2 niveaux, livré à la rentrée 2009. Il accueille 8 salles de classe, l’administration, une salle de technologie et de musique, l’espace professeurs, le préau et les sanitaires.

Je ne reprendrai pas dans le détail la chronologie des travaux, mais simplement vous dire que le chantier s’est poursuivi en 2010 par la restructuration complète du bâtiment d’enseignement, l’agrandissement de la salle à manger du service de restauration, le centre de documentation et d’information et enfin par la réfection de la cour, des extérieurs et des différents accès aux bâtiments.

Ces travaux se sont terminés durant l’été 2010 pour une livraison à la rentrée de septembre (dans les délais…). Et je crois pouvoir dire aujourd’hui que cette réalisation satisfait l’ensemble des utilisateurs.

Ce nouveau collège, car il s’agit bien d’un nouveau collège, a été réalisé tout en maintenant l’activité scolaire et l’accueil des 626 élèves qui le fréquentent ; et je voudrais remercier les équipes pédagogique et administrative qui ont su faire montre, tout au long de ces longs, toujours trop longs mois de travaux, d’une remarquable patience.

 Je pense également aux personnels techniques, qui bien souvent travaillent dans l’ombre et sans qui rien ne serait possible. Je voudrais également les remercier pour leur travail au quotidien et au service de chacun.

Malgré les contraintes induites par les travaux, le bruit et la poussière, vous avez su, Monsieur le Principal, ainsi que votre prédécesseur, faire preuve d’un sens aigu de l’organisation.

Merci aux services du Conseil Général : le service des constructions scolaires et celui de l’enseignement et de la vie scolaire, qui vous ont accompagnés durant ces mois de travaux.

Bien entendu, je voudrais également remercier et féliciter le cabinet d’architectes BILLARD DURAND, ainsi que l’ensemble des entreprises, corps de métiers qui sont intervenus ici, les cabinets d’études, de contrôle, les coordonnateurs… Des chantiers comme celui-ci représentent d’innombrables heures de travail et contribuent à soutenir l’économie locale et le maintien des emplois. C’est bien le rôle d’une collectivité comme la nôtre que de maintenir un niveau important d’investissements.

Le coût global de cette vaste opération –il faut bien en parler- aura été de 6,57 M€ (6,77 M€ avec les équipements). Depuis 2000, c’est-à-dire depuis plus de 10 ans, ce sont 201 M€ qui auront été consacrés à l’amélioration des conditions d’accueil des collégiens et des équipes pédagogiques et administratives pour offrir un cadre de vie scolaire agréable et conforme aux exigences pédagogiques comme à celles de la sécurité.

Ces chiffres sont importants et témoignent bien de l’ampleur exceptionnelle de l’investissement réalisé dans ce département. Il s’agit d’un effort colossal que très peu de départements ont accompli jusqu’à présent.

Année après année, le Conseil Général a fait ce choix d’investir durablement dans l’éducation et la formation.

En 2011, plus de 12 M€ de crédits de paiement seront consacrés aux grosses opérations dans les collèges, à l’aménagement des abords, à l’équipement ainsi qu’à l’informatique.

Les grosses opérations permettent de restructurer, de procéder à l’extension de certains établissements, d’adapter les locaux aux évolutions des effectifs, de réaménager des demi-pensions. Au-delà de ces gros investissements porteurs d’avenir, il convient d’entretenir ce patrimoine et d’en améliorer l’accessibilité aux personnes handicapées.

Le Département s’engage quotidiennement pour les collégiens qui se forment chaque jour dans les 63 collèges publics et 19 collèges privés répartis sur l’ensemble du territoire départemental.

C’est un effort de chaque instant que nous consentons en direction de nos établissements.

C’est ainsi qu’au-delà de ses missions légales, le Département favorise, en lien avec l’Inspection Académique, l’apprentissage de la citoyenneté européenne, la découverte artistique et la pratique sportive, et met à disposition des jeunes et de la communauté enseignante des outils technologiques adaptés à la pédagogie moderne.

L’année 2011, sera également marquée par l’actualisation du plan informatique dans les collèges afin de mettre en adéquation les nouveaux besoins et usages. Ainsi, 900 000 € en crédits de paiement seront consacrés à cette action et 450 000 € en fonctionnement.

Ce nouveau plan, calculé sur la base d’un ratio d’un PC pour 8 élèves, se décline en 2 volets : une dotation de base identique pour chaque établissement qui prévoit un doublement du nombre de PC et une dotation complémentaire variant selon la taille de l’établissement : au-delà de 343 élèves, chaque collège bénéficie d’une dotation supplémentaire d’un PC par tranche de 8 élèves.

Le déploiement sera réalisé par tranche sur 3 ans à compter de la rentrée 2011. Ce plan représente un investissement total de 3 M€.

Par ailleurs, l’expérimentation sur les Environnements Numériques de Travail (E.N.T.) se poursuit dans trois collèges du département jusqu’en juin 2011, (Guillaume de Normandie à Caen, Léopold Sédar Senghor à Ifs et Pierre-Simon de Laplace à Lisieux).

Les environnements numériques de travail permettent aux élèves, parents, enseignants, personnels technique, administratif et d’encadrement, collectivités territoriales et Rectorat d’accéder à un ensemble de ressources et de services numériques.

Quatre priorités structurent leur mise en place : la réussite scolaire à travers un soutien permettant de lutter contre le décrochage scolaire, l’orientation, le développement des liens avec la communauté éducative et les familles, l’ouverture au monde en permettant aux établissements une meilleure intégration dans leurs environnements.

Ces nouveaux outils doivent favoriser l’introduction de nouveaux modes de travail, d’échanges et d’apprentissage entre tous.

Une évaluation devrait permettre en juin prochain d’envisager une extension du dispositif. Il convient de souligner que cette démarche a été initiée en lien avec le Rectorat, la Région Basse-Normandie, les Conseils généraux de la Manche, de l’Orne et la Caisse des Dépôts.

Nous consacrerons cette année 36 M€ au fonctionnement des collèges publics et privés.

Au-delà de la prise en charge et de la mise à disposition des équipements sportifs, des aides au transport et à l’apprentissage de la natation, l’action du Conseil Général s’inscrit également, je vous le disais, dans le quotidien des nombreuses actions ou activités périscolaires à hauteur de 3,1 M€.

Permettez-moi, puisque l’occasion m’en est offerte, de décliner l’ensemble de ces actions en direction de nos jeunes.

Par exemple, la citoyenneté européenne. Cette politique en faveur des collégiens, menée en lien avec l’Inspection Académique, se concrétise dans une convention signée le 12 avril 2010. Elle doit permettre aux collégiens de se familiariser avec les cultures européennes et à l’apprentissage d’autres langues, favoriser la mobilité et contribuer à la construction d’une citoyenneté européenne.

Comment, ici à OUISTREHAM, porte de l’Angleterre, lien permanent avec nos voisins, comment ne pas parler de l’apprentissage des langues et de l’ouverture que nous souhaitons tous à l’international ! Je sais, Monsieur le Principal, que vous y êtes personnellement attaché. Vous disposez d’une section européenne en Anglais et, depuis la rentrée 2010, d’une section bilangues Anglais/Espagnol.

Je voudrais aussi rappeler que le programme Speak 14 met à la disposition des collèges des étudiants anglophones, germanophones, italophones et hispanophones qui assurent des cours ludiques de conversation. En 2010, 55 assistants sont intervenus dans 48 établissements.

Ce programme est complété par une palette d’actions : clubs Europe –je sais que le vôtre est particulièrement dynamique- DeutschMobil, Eurobus, échanges scolaires, journée de l’Europe au Mémorial, collèges en VO….

Le Département consacre par ailleurs d’importants moyens à la diffusion de la culture dans les collèges, à travers des aides spécifiques et la mise à disposition des ressources de ses propres services culturels : Archives, Musée de Vieux, Bibliothèque départementale de prêt…

Un nouveau dispositif de projets culturels dénommé « Appel à projets activités artistiques et culturelles 2010/2011 » a été mis en place à la rentrée afin de favoriser l’accès à des domaines variés : musique, arts plastiques, histoire des arts, danse, théâtre, architecture, environnement, arts du cirque, cinéma, audiovisuel, tout en conservant les opérations « collèges au cinéma » et collèges au théâtre ».

Enfin, dernier élément des actions périscolaires, celles en faveur de la pratique sportive. Le sport constitue également un axe fondamental de la politique départementale en direction des jeunes. L’intervention du Conseil Général dans ce domaine, à hauteur de 270 000 €, comprend plusieurs axes : les aides aux sections sportives scolaires (il existe ici une section sportive voile), la participation aux frais occasionnés par les championnats de France et la relance du cross du Conseil Général, après une année d’interruption et qui connaît toujours un large succès.

Les programmes d’éducation physique et sportive intègrent désormais un enseignement obligatoire des activités physiques de pleine nature, telles l’escalade, la course d’orientation, le VTT, le canoë-kayak, l’équitation, la voile et le char à voile. Le Conseil Général intervient sur la base d’un forfait par séance et par élève pour la prise en charge des frais de structure.

Le sport participe de l’équilibre et du bien-être. C’est un élément important dans l’apprentissage de la vie. Permettez-moi de prendre la balle au rebond, car je sais qu’à Jean Monnet le basket est notamment et particulièrement à l’honneur ces temps-ci, puisque l’équipe minime du collège s’est brillamment qualifiée pour la phase finale des championnats de France UNSS qui, si mes informations sont exactes, se déroulera à CLERMONT-FERRAND à la fin du mois… Je voudrais dire à toute l’équipe et aux professeurs qui l’accompagnent, tous mes encouragements pour conquérir le titre national.

Pour être tout à fait complet, je souhaiterais également mettre en avant la dimension sociale de notre action qui se traduit par l’attribution de bourses scolaires de l’enseignement secondaire (1,5 M€), de bourses aux élèves de l’enseignement horticole, en faveur des étudiants étrangers ainsi que des prêts d’honneur accordés aux étudiants Là encore, il s’agit d’un choix volontariste de l’assemblée départementale.

Je citerai également les actions en faveur de l’orientation scolaire (aides aux centres d’information et d’orientation et au Centre régional de documentation pédagogique), les mesures destinées à favoriser l’intégration scolaire des enfants handicapés, notamment ceux souffrant de déficience visuelle et auditive, pour un montant total de 443 000 €.

Et pour la 10ème année, dans un double souci de solidarité envers toutes les familles du Calvados et d’égalité entre tous les collégiens, le Conseil Général a offert à tous les élèves qui sont entrés en classe de 6ème, mais aussi en SEGPA et en Maison familiale et rurale, un dictionnaire. Cette action représente un coût : 172 000 € pour 8 700 dictionnaires remis. C’est un petit coup de pouce pour les familles.

Enfin, je voudrais conclure sur notre politique en matière de restauration scolaire. La loi a confié aux départements la responsabilité d’assurer la restauration des élèves conjointement avec les chefs d’établissement.

Pour atteindre l’objectif de qualité qu’il s’est fixé, le Conseil Général a par exemple décidé de recruter un référent technique en matière de restauration chargé de développer et de promouvoir cette politique de qualité auprès des collèges, en exerçant un rôle de conseil, de formation, d’assistance et d’animation d’un réseau d’échanges.

L’idée est bien de promouvoir les filières d’approvisionnement de proximité : produits issus de l’agriculture biologique, produits normands du terroir, produits découvertes…

Bien sûr, dans le cadre de sa compétence transports scolaires, il ne faut pas oublier que le Conseil Général achemine les élèves du primaire à la terminale vers leurs établissements d’accueil et principalement les collèges de secteur. Le département consacre ainsi 40 M€ à la mise en œuvre de sa politique des transports dont 28 M€ pour les seuls transports scolaires.

Tous ces chiffres et toutes ces actions démontrent bien que le Conseil général va très au-delà de sa compétence propre en matière scolaire pour proposer aux collégiens tout un ensemble d’activités et de mesures permettant leur développement intellectuel et physique. 

Les inaugurations, tu le sais, Cher André, au-delà du ruban tricolore, de la visite des locaux, des discours (pas trop longs !) et du verre de l’amitié, représentent toujours le terme de beaucoup d’efforts, de beaucoup d’imagination, de mobilisation et de détermination… souvent vite oubliés…

Mais pour une commune, c’est toujours un moment d’exception…

L’inauguration d’un collège, à mon sens, a quelque chose de différent… Les enjeux sont importants… Il en va de la jeunesse de demain… de son avenir… de sa capacité de trouver son chemin, à choisir un métier, bien armée par les enseignements qu’elle aura ici reçus.

Le collège est souvent la base de la réussite future d’un enfant. C’est ici, de la 6ème à la 3ème que ces jeunes auront pu être accompagnés, guidés par leurs professeurs, soutenus, encouragés par les équipes…

A ce stade, et à cet âge, ils ont besoin de ces soutiens pour se construire. Notre jeunesse a aussi le droit d’étudier dans de bonnes conditions, au sein d’établissements modernes et fonctionnels, où chacun trouve l’épanouissement, les ressources et les moyens nécessaires à sa réussite.

Il faut se féliciter de ce travail collectif, gagnant/gagnant… J’en veux pour preuve les résultats obtenus dernièrement dans notre académie. En effet, alors que la Basse-Normandie était en retrait de près de 6 points sur les taux nationaux pour ce qui est de l’accès au baccalauréat, elle a rejoint, en 5 ans, la moyenne nationale, qui a elle-même progressé d’un point !

Je pense qu’il s’est passé quelque chose de fort et d’important… Certes la cellule familiale joue un rôle essentiel en incitant les enfants à poursuivre leur scolarité, mais il faut également souligner le travail réalisé dans les académies pour sans cesse améliorer notre système éducatif et ses résultats.

Bien évidemment, soyons clairs… ces succès sont largement imputables à l’Education Nationale, mais je ne peux m’empêcher de penser que le Conseil Général y prend sa part. Nous n’avons cessé d’améliorer, de « tirer vers le haut » la qualité de nos établissements. C’est pourquoi, sans le revendiquer, mais en toute objectivité et modestie, je pense que le conseil général du Calvados a aussi sa part dans la réussite de nos élèves.

Notre volonté constante est d’offrir à tous nos collèges, qu’ils soient ruraux ou urbains, et à tous leurs utilisateurs, qu’ils soient élèves ou enseignants, personnels administratifs, personnels de cuisine ou d’entretien, les meilleures conditions pour que chacun puisse travailler le plus efficacement possible dans un cadre moderne et agréable. Et je pense que, même s’il est toujours possible de faire plus ou de faire mieux, cet objectif est bien aujourd’hui atteint.

D’une manière générale, les relations entretenues, je le sais, entre les collaborateurs du Conseil Général et les responsables des collèges, chaque fois qu’ils en ressentent le besoin, sont placées sous le signe de la confiance dans un climat qui permet de parvenir aisément à se mettre d’accord sur les objectifs, dans le souci du bien-être de tous.

Il y a maintenant 25 ans –c’était en 1986- les lois de décentralisation transféraient aux conseils généraux la gestion des collèges publics, et je crois sincèrement que depuis cette date, à la satisfaction de tous les principaux et du corps enseignant, le département a su faire face à toutes ses obligations. Nous avons largement bâti, rénové, restructuré un patrimoine immobilier qui, il faut le dire, était dans un triste état lorsque nous en avons repris la charge.

Je profite de cette occasion pour saluer le travail précieux d’Henri GIRARD, Vice-Président du Conseil Général, Président de la commission de l’administration générale et de la vie communale qui, avec l’ensemble de ses collègues membres de cette commission, veille à la bonne exécution des décisions pour l’ensemble de nos collèges et plus particulièrement sur les travaux de nos établissements. J’en profite aussi pour associer à mes remerciements Madame BLAIN, directrice générale adjointe en charge de la jeunesse, de la culture et des territoires qui, avec ses équipes, accompagne ces décisions. 

Ce collège porte le nom de « Jean Monnet »…

Jean Monnet, homme d’Etat français, considéré comme l’un des pères fondateurs de l’Europe, était un amoureux du silence, détestant parler en public, préférant l’action et une méthode, la sienne. Il savait saisir l’essentiel, perspicace travailleur de l’ombre, c’était aussi l’homme des idées simples et des solutions concrètes… Toute sa vie, il se consacrera à cette Europe, qu’il voulait unie, nourrissant le rêve de faire les Etats-Unis d’Europe…

Inspirateur et rédacteur du Plan Schuman (9 mai 1950), visionnaire, ce fils de négociant en cognac, n’aura de cesse de faire que « les ennemis d’hier soient les partenaires de demain », pour construire une paix durable sur notre Vieux Continent…

Monnet n’était pas cartésien, vous l’aurez compris ; il n’a jamais vraiment aimé les études ; il n’avait d’ailleurs comme simple bagage qu’une première partie de son baccalauréat…

Il rappelle, dans ses mémoires, la recommandation que son père lui avait faite, lorsqu’à 16 ans, il quittera sa ville natale pour aller apprendre à LONDRES l’Anglais et la culture britannique : « N’emporte pas de livres, personne ne peut réfléchir pour toi ; regarde par la fenêtre, parle aux gens, prête attention à celui qui est à côté de toi… » (Mémoires). Voilà la méthode Monnet…

Je pense que cet état d’esprit est le bon… Etre curieux, s’intéresser, écouter l’autre, développer son sens critique … Lorsque « dans une autre vie », j’étais directeur d’une école de commerce et de management, j’avais pour habitude de dire à mes élèves de développer ce que j’appelais l’indiscipline intellectuelle. Mais eux avaient leur bac et je les encourageais également à lire !

Monnet disait : « Ce qui est important dans la vie, ce n’est ni d’être optimiste, ni d’être pessimiste, mais d’être déterminé… ».

Déterminés, nous l’avons été pour donner à ce canton et à, la ville de OUISTREHAM un nouveau et beau collège à la hauteur des espérances de chacun.

Optimistes, nous devons tous l’être pour donner, aujourd’hui et demain, à notre jeunesse un avenir fait de confiance, de sérénité et de travail.  Je vous remercie. »

dossier_de_presse inaug travaux college de ouistreham _J_Monnet[1]

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *