Communiqué de presse du 1er juillet 2011

Dans un récent article de presse consacré aux collaborations envisagées autour de l’estuaire de la Seine, Monsieur DURON, Député Maire de Caen, a critiqué « les limites de ma soi-disant stratégie de ne pas vouloir être confronté à une trop grande communauté d’agglo de Caen ».

Faut-il rappeler que s’agissant de l’intercommunalité,  le projet de Monsieur DURON visait à absorber la commune de Ouistreham et plusieurs communautés de communes périphériques à l’agglomération caennaise.

En quoi passer d’une agglomération de 220 000 à 250 000 habitants peut modifier d’une quelconque manière les vrais rapports de force avec, par exemple, une agglomération rouennaise de 450 000 à 500 000 habitants ?

En quoi l’annexion de ces intercoms était-elle indispensable pour favoriser le dialogue et le rapprochement entre Rouen et Le Havre, autour d’un pôle métropolitain ?

Faut-il rappeler que la collaboration entre ces trois villes, puis entre ces trois agglomérations, autour du réseau « Normandie Métropole » a été initiée dès 1993, bien avant l’arrivée de Monsieur DURON à la Mairie de Caen. Il n’y a pas si longtemps d’ailleurs – en 2009 – les Maires de Rouen et du Havre ont demandé à mettre fin à cette structure devenue coquille vide.

Aujourd’hui, alors que la loi sur la Réforme Territoriale de décembre dernier vient consacrer officiellement « Les Pôles Métropolitains » c’est-à-dire cette collaboration entre agglomérations, Monsieur DURON cherche à se dédouaner de son manque d’ambition et de force de conviction à l’égard de ses collègues hauts et bas normands en essayant de me faire porter le chapeau.

Finalement, heureusement que le Chef de l’Etat avec son initiative sur le Grand Paris a permis de réactiver le dialogue indispensable  entre ces agglomérations pour espérer voir enfin émerger de vrais projets structurants dans lesquels le département du Calvados devra prendre toute sa place.

Jean-Léonce DUPONT

Share