hemicycle02_300

Securité sur les campus universitaires

Le Gouvernement a annoncé ce jeudi qu’il débloquait 30 millions d’euros pour la sécurité des campus universitaires. Une somme utile certes  mais bien loin des besoins réels et des moyens nécessaires à des universités confrontées à une augmentation de leurs effectifs. Il suffit pour s’en convaincre de visualiser par exemple l’université de Caen Normandie et l’ensemble de ses infrastructures sur l’agglomération  caennaise mais aussi sur ses sites distants.

J’avais interrogé il y a quelques jours le Gouvernement sur les mesures qu’il  comptait prendre pour apporter une meilleure garantie de sécurité sur les campus universitaires.

Voici le texte de ma question :

« La prochaine rentrée universitaire se déroulera tout comme la rentrée scolaire dans un contexte empreint d’une menace terroriste avérée et dont les derniers actes témoignent de l’imprévisibilité de leur commission sur tout le territoire national. Dans une instruction en date du 29 juillet, le Gouvernement s’est attaché à préparer à ce risque les écoles, collèges et lycées. La conférence de presse donnée le 24 août a précisé cette démarche. Mais à ce jour et alors que leur rentrée intervient désormais à la même période, aucune disposition particulière n’a été annoncée à destination des universités et des autres établissements d’enseignement supérieur.

Les campus universitaires sont de manière quasi générale des espaces très largement ouverts sur leur environnement et les lieux d’enseignement, de recherche, de documentation et d’administration ainsi que les espaces de vie collective liés notamment au CNOUS sont accessibles sans presque aucun contrôle, à l’exception de certains laboratoires sensibles et de services centraux.

L’exposition au risque terroriste est grande et la sécurité de toute la communauté universitaire – de ses étudiants, de leurs enseignants et chercheurs, des personnels BIATSS – est gravement en question.

Alors que les établissements connaissent une situation financière tendue par l’accroissement de leurs effectifs et qu’ils ne peuvent pas mobiliser de ressources nouvelles sur le terrain de la sécurité, JL DUPONT demande au ministre de l’Intérieur  quelles mesures il compte prendre pour accompagner et apporter plus de protection à ces établissements et à un service public dont la vulnérabilité est particulièrement forte. »

Share