schema d'autonomie 14

Vers un schéma unique de l’autonomie dans le département du Calvados

Nous avons décidé en 2017 de reconstruire nos politiques de solidarité en direction des personnes âgées et des personnes handicapées pour aboutir à un schéma unique de l’autonomie.

Première phase hier avec la présentation du diagnostic préalable à une concertation auprès de tous les acteurs locaux.

Retrouvez ci-dessous mon propos à l’occasion de la journée de travail tenue ce mercredi.

 Les deux schémas départementaux pour les personnes âgées et les personnes handicapées arrivent à échéance et le Département se devait d’être à ce rendez-vous, en donnant un nouvel élan à notre politique de l’autonomie à travers de nouvelles orientations.

Permettez-moi, puisque l’occasion m’en est offerte en ce tout début d’année de vous présenter tous mes vœux pour 2018 et quel plus beau symbole pour notre collectivité de l’ouvrir avec ce travail sur l’expression même de notre solidarité à l’égard de ceux qui ont en ont le plus besoin.

Nous avons souhaité réunir en un seul schéma les actions à mener pour les cinq prochaines années en raisonnant globalement, c’est-à-dire en regroupant l’ensemble des problématiques communes liées à l’autonomie et au vieillissement tout en conservant des orientations spécifiques pour chaque public.

Ce futur schéma de l’autonomie 2018/2023 est aujourd’hui en cours d’élaboration et c’est ce moment que nous avons choisi pour partager avec vous les premiers éléments.

Il couvrira donc, je le disais, les cinq prochaines années. Au-delà de l’obligation légale, c’est un cadre structurant que nous sommes amenés collectivement à définir, à partir d’aujourd’hui.

Ces travaux, et vous le savez, je ne m’étendrai pas, s’inscrivent dans des contextes difficiles, aussi bien d’un point de vue législatif, institutionnel, socio-démographique que financier ; en effet, je précise juste que c’est la première fois que nous élaborons un schéma départemental, dans le domaine social, dans un contexte budgétaire très particulier.

L’autonomie est un sujet ô combien stratégique de notre collectivité. Sur le plan démographique, le département est concerné par le vieillissement de sa population et ce phénomène va sensiblement s’accélérer dans les décennies à venir. On sait déjà qu’en 2050, un Calvadosien sur cinq aura 75 ans ou plus.

Notre collectivité s’est déjà saisie de cette question ; elle consacre ainsi environ 190 millions par an pour sa politique de l’autonomie et nous employons environ 150 agents dédiés à cette mission à Caen et dans tous les territoires. C’est notre responsabilité.

Le Département du Calvados a toujours eu le souci d’ajuster en permanence son action, pour toujours mieux prévenir la perte d’autonomie, l’accompagner et aider les personnes et leurs familles à y faire face. C’est pour nous une priorité. Le Département étant par essence, mais aussi par engagement, la collectivité de proximité.

L’autonomie, c’est d’ailleurs bien plus qu’une politique spécifique dans notre Département : elle est aussi un enjeu transversal que nous nous appliquons à prendre en compte dans l’ensemble de nos politiques avec des exemples évidents, tels que l’accessibilité et la proximité des services publics, les collèges adaptés aux publics en situation de handicap ou encore les chantiers d’insertion que nous finançons.

Notre volonté est bien de mettre en place une politique de l’autonomie encore plus proche des besoins et surtout des réalités territoriales, en accord avec les deux missions principales dédiées de par la loi au Département. Je veux parler d’une part, de la solidarité sociale et d’autre part de la solidarité territoriale. Sur les enjeux qui nous préoccupent aujourd’hui, les deux sont intimement liés.

C’est donc une démarche de « réinterrogation » totale de la politique départementale de l’autonomie dans laquelle nous sommes engagés. Avec la volonté d’y associer tous les acteurs et tous les partenaires. Et c’est bien ce qui nous vaut le plaisir d’être ensemble aujourd’hui.

Je rappellerai également un autre enjeu : celui de la cohérence avec la temporalité des programmes de l’Etat (je citerai, par exemple, les travaux en cours de l’ARS pour la mise en œuvre du PRS 2e génération).

Quelques chiffres, si vous me le permettez, dans cette introduction, et qui doivent retenir notre attention :

  • 15 000 bénéficiaires de l’APA (6 000 en établissement -40%- et 9 000 à domicile -60%-) – (64M€)  »  la DREES (Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques) en prévoit 20 000 à l’horizon 2040.
  • 1 500 bénéficiaires de la PCH (17M€).
  • 840 bénéficiaires de l’ACTP (5M€).
  • 710 bénéficiaires de l’Aide Ménagère (PA et PH).
  • 3 000 bénéficiaires de ASH (83M€).

Ces données importantes nous rappellent qu’au-delà de ce que nous entreprenons dans le Calvados, la prévention et l’accompagnement de la perte d’autonomie sont bien d’enjeu national. Ces chiffres nous rappellent surtout l’importance de ces questions qui touchent au plus précieux de chaque être humain.

J’ai souhaité confier le pilotage de cette démarche, engagée depuis quelques mois, à Sylvie LENOURRICHEL. Elle a, vous le savez, l’expertise et l’expérience de terrain sur ces sujets ; elle y consacre la majeure partie de son temps d’élue. Elle a aussi toute ma confiance.

Je voudrais remercier l’ensemble des services du Département qui ont préparé, en amont de la phase de concertation qui s’ouvre aujourd’hui, un précieux diagnostic de l’autonomie, dont les points saillants vont être portés à votre connaissance d’ici quelques minutes. J’associerai à ces remerciements également, et bien évidemment, la MDPH et sa Directrice qui, réalisent dans le quotidien de ses décisions un travail tout à fait exceptionnel et considérable.

Mais également l’INSEE et ses responsables qui, dans le cadre d’un partenariat bien compris, a réalisé une étude très précise afin de connaître finement la situation de nos populations concernées par les problématiques d’autonomie.

Merci, bien évidemment, à notre cabinet Cekoïa Conseil qui nous accompagne sur cette mission et pour ce 1er rendu-compte. C’est un vrai travail collaboratif avec les Services qu’ils nous rendent aujourd’hui.

Les grands enseignements issus de cette étude sont déterminants pour que nous partagions ensemble les enjeux d’avenir et que nous réfléchissions collectivement à la manière d’organiser et de délivrer le meilleur service possible à nos usagers et donc aux bénéficiaires finaux… C’est bien notre ambition et notre mission.

Cette réunion de lancement est une étape clé de la démarche, mais il ne s’agit aucunement d’un aboutissement pour le Département. Nous avons très utilement besoin de vos retours, de votre expertise, de vos propres expériences de terrain, dans le quotidien, pour continuer cette mission et aboutir à ce schéma.

C’est bien ce temps de la concertation que nous ouvrons maintenant ; puis viendra, en toute logique, celui des ultimes orientations et des décisions finales. Ce sera un second temps, avant de le proposer au vote de notre Assemblée Départementale, en septembre prochain.

Les groupes de travail auxquels nous souhaitons vous associer sont le cœur même de notre démarche. Ils doivent nous permettre de construire un nouveau schéma de qualité, en cohérence avec les évolutions législatives récentes, les réalités territoriales, mais aussi et surtout, au regard des attentes de nos usagers.

Ces groupes de travail, nous en consacrerons un par enjeu majeur que les études et évaluations menées tant par nos propres services que par l’INSEE et le Cabinet CEKOÏA ont pu identifier. Ces enjeux, nous en avons isolé cinq principaux :

  • La prévention de la perte d’autonomie.
  • L’adaptation des structures d’accueil.
  • Le soutien aux aidants.
  • La vie dans la cité et la valorisation des actions existantes.
  • L’accompagnement de l’évolution des pratiques.

Il y en a certainement d’autres, qui vous tiennent personnellement à cœur, sur lesquels vous êtes particulièrement vigilants, c’est votre rôle de professionnels attentifs et de représentants de la société civile. C’est même parfaitement légitime.

Le futur Schéma de l’Autonomie devra néanmoins rester centré sur notre propre champ de compétence, et je reste convaincu que vous partagerez largement ces cinq priorités que nous avons identifiées.

Nous vous demandons, aujourd’hui, de nous aider à y répondre au mieux. Pour cela nous accordons une importance toute particulière, au Département, à la notion de « soutenabilité ».

Comme chacune de nos politiques, nos orientations futures en matière d’autonomie devront ainsi faire une large part aux enjeux de modernisation et d’innovation pour améliorer, pour garantir l’efficience et donc la qualité de nos services à l’usager.

Je me dois aussi d’insister : la soutenabilité de nos politiques, elle est également financière, dans un contexte qui demeure contraint et alors que les attentes envers le Département restent fortes dans de nombreux domaines.

Pour être au rendez-vous de ce grand défi de l’autonomie, nous invitons donc les groupes de travail auxquels nous vous proposons de participer à consacrer leur énergie et leur inventivité à rechercher l’efficacité, les actions les plus pertinentes, les plus urgentes et les plus porteuses de sens.

Pour encore mieux partager avec vous l’ensemble de nos travaux, nous avons réalisé, en interne, une vidéo didactique destinée au grand public et donc à nos usagers. C’est une première.

Elle sera consultable sur le site du département et je vous propose, si vous le voulez bien, de la découvrir ensemble afin d’ouvrir l’après-midi et de répondre ensuite à vos questionnements. Nous sommes bien entendu à votre écoute, c’est tout le sens de cette rencontre.

Share