port1

Port en Bessin : l’élévateur à bateaux enfin inauguré !

C’est fait ! L’élévateur à bateaux de Port en Bessin-Huppain est inauguré. Ce blog est le fidèle témoin de la patience et de l’impatience de tous les acteurs locaux pour voir aboutir ce projet, essentiel pour le développement économique de notre littoral et l’avenir de toute la filière. Un projet qui est aussi la preuve de la vitalité de la collectivité départementale et de son engagement pour la solidarité territoriale.

Une inauguration dans le vent avec tous les élus à commencer naturellement par le maire de Port en Bessin-Huppain, Pierre-Albert Cavey et le président de Bayeux Intercom, Patrick Gomont et avec les acteurs économiques dont Michel Collin, président de la CCI.

port2port3 port4 port5 port6 port7 port en bessin

Retour historique et technique sur cet équipement :

  • Un investissement de plus de 11 millions d’euros, un des plus importants de ces dernières années dans notre politique portuaire
  • Un équipement nouveau nécessaire en raison du vieillissement de la flotte de pêche qui  entraîne une augmentation du nombre de réparations et conduit ainsi à une croissance des besoins. Parallèlement, le manque d’installations et la capacité de levage insuffisante sur l’ensemble du littoral calvadosien sont également des facteurs limitants d’une offre de réparation navale adaptée aux évolutions de la flotte de pêche.
  • A Port en Bessin, l’ancien slipway était vétuste et l’aire technique de réparation trop limitée. D’où un investissement qui conditionnait la pérennité de la réparation navale sur le site.
  • Un projet lancé en 2006 qui prévoyait la réalisation d’une darse et d’une plateforme pour l’évolution de l’élévateur à bateaux ainsi que la création d’une aire technique offrant 5 places de stationnement de longue durée et 2 places pour l’entretien de courte durée. Deux bâtiments, non couverts, étaient également prévus pour le carénage, dans ce projet initial.
  • Une étude supplémentaire est alors demandée par les financeurs potentiels : l’Etat, au titre du FEDER, la Région et la Chambre de Commerce et d’Industrie de Caen. Cette étude économique a été confiée à un cabinet spécialisé, au cours du premier semestre 2010, et décomposée en deux phases : les impacts financiers du projet sur l’équilibre de la concession et d’autre part, l’évaluation des impacts économiques de l’investissement sur le tissu économique local.
  • Leurs conclusions : La diversité et le savoir-faire des entreprises de Port- en-Bessin/Huppain rendent le site très attractif pour les armateurs du littoral nord-ouest. A l’échelle de Port-en-Bessin/Huppain, le nombre d’emplois directs et indirects, liés aux activités de maintenance et d’entretien, apparaît comme significatif dans un bassin d’emploi déjà fragilisé. La réparation navale représente environ une centaine d’emplois directs, pour un chiffre d’affaire de l’ordre de 10 millions d’euros.
  • La décision du Conseil départemental : optimiserle projet d’élévateur à bateaux et d’aire de carénage, dans l’objectif d’offrir des infrastructures adaptées aux professionnels de la réparation navale, tout en maîtrisant le coût du projet. Les travaux sont alors estimés à 11,7 millions d’euros T.T.C.
  • Le détail des travaux :  Créer une darse  pour l’élévateur à bateaux, dans le bassin n° 2, au niveau de la cale de halage actuelle, pratiquement à l’emplacement du slipway de 50 tonnes ainsi qu’une plate-forme en béton, sur pieux métalliques, d’une surface d’environ 1 400 m² qui permettra l’évolution de l’élévateur, ses rotations et son retournement. Acquérir un élévateur de 300 tonnes de capacité portante, d’une géométrie du « bateau projet » fixée à 30 m de long x 8,5 m de large et système de levage par sangles. Créer deux aires techniques afin d’accueillir simultanément 5 bateaux, dont 3 places, au sud du projet, seront exclusivement dédiées à la réparation et au carénage et 2 places sur l’aire dite « minute » (à l’Ouest de la darse, sur l’ancien site des slipways) pour des interventions de courte durée. Optimiser ses conditions environnementales de fonctionnement par le recueil des eaux issues du carénage et une unité de traitement des eaux avant rejet ainsi que le déplacement des cases d’armement actuelles et la construction de 40 nouvelles cases d’armement, de 50 m² environ, exploitées par les pêcheurs… Créer des bâtiments techniques pour l’exploitation de l’outillage. Aménager une cale de mise à l’eau. Réaliser des voiries et réseaux divers de toute cette zone.
  • Cette phase très importante de travaux s’est déroulée sur plusieurs mois, puisqu’ils ont débuté avec la création de la darse et du terre-plein en janvier 2014 et se sont achevés en novembre 2015, pour une première mise en exploitation en tout début d’année.

 

  • Le coût global de l’opération est de 9,50 millions d’euros H.T., soit 11,40 millions d’euros T.T.C. Le Département a contribué à hauteur de 8,53 millions d’euros, l’Union Européenne par le biais du FEDER, à hauteur de 2,11 millions d’euros et la CCI de Caen, à hauteur d’un demi-million d’euros.
Share