Le rail normand : ma question écrite au Ministre des transports

Devant les informations alarmantes diffusées ces jours derniers et qui concernent notamment tous les départements de notre région nouvelle, j’ai adressé une question écrite au Ministre en charge des transports.

En voici le texte :

 » Monsieur Jean-Léonce DUPONT interroge Monsieur le Ministre en charge des transports, de la mer et de la pêche sur les projets relatifs à la couverture ferroviaire du territoire. Selon des informations concordantes et non démenties, le Gouvernement envisagerait de réduire voire de supprimer l’offre de transports ferroviaires Intercités ou Trains d’équilibre du territoire, créant ainsi les conditions d’une fracture ferroviaire qui ne peut qu’accroître la fracture territoriale.

La quasi-totalité des dessertes Intercités normandes serait concernée : lignes Paris-Rouen-Le Havre, Paris-Cherbourg, Paris-Granville, Caen-Le Mans-Tours, Paris-Evreux-Serquigny.

Ces annonces sont pour le moins contradictoires avec les récentes annonces du président de la SNCF qui, conscient de la très mauvaise qualité des dessertes normandes, dédiait des crédits substantiels à leur amélioration. L’amélioration des infrastructures ne saurait se substituer à la fréquence des dessertes.

S’il est exact que le Gouvernement entend renoncer à une partie des liaisons Intercités pour les transférer vers les Trains Express Régionaux ou TER financés par les collectivités territoriales, il est permis de s’interroger sur les moyens dont les régions disposeront pour supporter cette charge essentielle. Les collectivités régionales seront-elles par ce transfert les nouvelles victimes de l’effet ciseau que le Gouvernement impose déjà aux Départements en matière sociale ? Quel est le sens de la décentralisation et des dispositions de la future loi NOTRe dans ce contexte ?

Jean-Léonce DUPONT demande au ministre de bien vouloir apporter des réponses claires aux questions inquiètes et exaspérées de la population normande et de ses élus qui, à un état très dégradé des conditions de circulation ferroviaire sur les lignes normandes, qu’il s’agisse de la régularité ou du confort matériel, voient s’ajouter les perspectives d’une réduction drastique des liaisons, préjudiciable au développement équilibré des territoires. »

Share