Chômage : le trompe-l’œil ou les vases communicants

Le Gouvernement se réjouit bruyamment de la baisse du nombre des demandeurs d’emploi pour le troisième mois consécutif. On aimerait partager sa joie.

Pourtant faut-il à nouveau dire que les demandeurs d’emploi sont classés par catégorie identifiés par une lettre et que la baisse de la catégorie A ne fait pas à elle seule la météo de l’emploi ?

Sans détailler trop, notons que la catégorie D, à laquelle se rattachent les demandeurs d’emploi en formation notamment, augmente très sensiblement.

Un demandeur d’emploi en formation trouvera-t-il un emploi au terme de sa formation ? Rien n’est moins sûr.

En cette veille d’élections présidentielle puis législative, la statistique du chômage ne doit pas être un objet de manipulation. C’est une question de principe et d’honnêteté intellectuelle.

Share